La brique de verre Falconnier

Rêve de l’architecte-inventeur nyonnais, Gustave Falconnier. Exposition au château de nyon jusqu’au 22 avril 2019.

Véranda Yersin à Prangins, 1888, par Gustave Falconnier © Régis Colombo

Véranda Yersin à Prangins, 1888, par Gustave Falconnier © Régis Colombo

Gustave Falconnier naît le 6 juillet 1845 à Nyon. Il suit tout d’abord l’École moyenne de Lausanne qui le familiarise avec des notions d’ingénierie, puis s’en va à Munich, avant de parfaire ses études à Paris à l’Ecole des Beaux-Arts. Les deux villes sont alors considérées comme des centres artistiques importants qui lui offrent une formation complète.

Cette double formation le distingue dans la ville de Nyon qui compte alors encore très peu d’architectes formés. Mais la sphère d’activité qui occupe principalement Gustave Falconnier, toute sa vie durant, est liée à l’invention. Entre 1873 et 1912, il dépose plus de quarante brevets d’invention dans différents pays. En 1886, il formule son brevet majeur : la brique deverre soufflé.

maisons de verre

Au XIXe siècle, les grandes possibilités techniques de la construction en acier sont démontrées par les nouveaux grands édifices urbains tels que les gares et les halls d’exposition. D’un point de vue statique, les constructions métalliques ne nécessitent pas de murs. Une fois l’aspect esthétique de l’ossature en acier apparente des ingénieurs, acceptée par les architectes à la fin du XIXe, démarre “l’âge du verre” ou l’utopie de la maison de verre.

Des nouveaux produits tels que les vitre en verre armé ou les dalles et pavé moulés en verre plein font leur apparition sur le marché et permet la réalisation du fantasme de la transparence.

> la Maison de Verre, 31 Rue Saint Guillaume Paris, briques Nevada produite par Saint Gobain, Pierre Chareau et Bernard Bijvoet © Ana Alzola (Pinterest)

Si Falconnier dépose d’abord des brevets pour des biberons en verre, ses préoccupations d’inventeur rejoignent celles de sa profession d’architecte avec la création de la brique de verre en 1886. Jusqu’à la fin de sa vie, Falconnier travaille à l’amélioration de son invention.

La brique de verre soufflé est un matériau nouveau dans la construction qui permet notamment la réalisation du mur de verre. Falconnier s’inscrit ainsi dans un contexte d’innovation verrière qui contribue à la mise au point de nouveaux matériaux qui soient inaltérables et lavables en accord avec les théories hygiénistes de l’époque.

IMG_4227.jpg

“elles se font comme des bouteilles ordinaires”

Seule la technique du soufflage-moulage pouvait permettre à Falconnier d’obtenir les caractéristiques de sa brique de verre. La véritable audace, le caractère révolutionnaire de la brique de verre Falconnier est ainsi d’engager, pour la première fois dans l’histoire de l’architecture, l’industrie du verre creux et non pas celle du verre plat.

< Exposition “Un rêve d’architecte, la brique de verre Falconnier”, Château de Nyon © Camille Berra

Falconnier développe cinq modèles principaux de briques basés sur des formes géométriques élémentaires pratiques à assembler : le carré, l’hexagone et le cercle. Il ajoute à ce corps creux développé en volume des qualités d’isolation contre la chaleur, le froid, le bruit et l’humidité grâce au matelas d’air qu’il contient une fois hermétiquement fermé. En surface, les briques sont taillées à facettes de sorte à diffracter la lumière. Bien que translucides, elles ne permettent pas de voir à travers contrairement au vitrage.

regis colombo 3.jpg

la brique à paris

L’invention de Gustave Falconnier connaît le succès et voyage d’exposition universelle en exposition universelle. Suite à celle de Chicago en 1893, Falconnier est invité à présenter son travail à Paris en 1895 et y rencontre les architectes rationalistes de l’Usaf (Union syndicale des architectes français). A la recherche de nouveau matériaux novateurs, ces derniers, tel que Lucien Roy et Hector Guimard, intègrent la brique Falconnier à certaines de leur plus grandes réalisations, tirant à parti son potentiel décoratif et versatile.

> Eglise Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts, Paris, coupole en briques de verre Falconnier n°s 3, 5 et 7 polychromes, Lucien Roy © Régis Colombo

exposition “Un rêve d’architecte, la brique de verre falconnier” Au chateau de nyon jusqu’au 22 avril 2019.